WYSIWYG Web Builder
Avatar est très certainement un des films le plus médiatiser avec la saga Star Wars. Cependant la gestation de ce projet c’est étalé sur plus dix années de travail. James Cameron avait déjà l’idée de ce film avant de commencer le tournage de Titanic. En 1994, il présenta à Jon Landon, producteur et ami de James Cameron, un simple carnet avec quelques croquis et une ébauche de scénario et un script de 80 pages écrit en deux semaines et lui dit simplement «voilà mon nouveau projet». À ce moment le film ne s’appelait pas encore Avatar, mais «projet 880».

James Cameron avait décidé de tourner Avatar en 3D numérique, mais cette technologie 3D disponible à cette époque présentait un gros inconvénient. Chaque prise nécessitait de nombreuses heures de calcul sur une batterie d’ordinateur afin de pouvoir visionner le rendu de la scène. Chose qui allongea considérablement la durée du tournage et avait aussi un impact important sur le cout financier.
Il se rapprocha de Sony qui possédait déjà une bonne maitrise de la 3D afin de produire un système qui lui permettait de voir le rendu à l’image en temps réel et aussi une chose inédite à cette époque, en multi-angle.


James Cameron était loin de se douter des nombreux problèmes que constituerait le tournage de son film. Autre écueil qui faillit bien faire capoter le projet, la technique dite «capture motion». Le rendu était catastrophique, ceci était dû à la combinaison de la 3D et de cette technologie. Cependant, tout n’était pas encore perdu, c’est en voyant le premier opus du «Seigneur des Anneaux» qu’il apprécia le travail de Peter Jackson et la prouesse de sa société de production (weta production). Il se mit rapidement en contact avec Peter Jackson et entreprit rapidement des essais. Ceux-ci se montrèrent rapidement à la hauteur des souhaits de James Cameron. C’est à partir de ce moment que le calvaire des acteurs débuta.

Une des marques de fabrique de James Cameron, c’est la précision du détail. Les acteurs allaient apprendre à leurs dépends que ceci n’est pas une image. Ceux qui allaient jouer le rôle des Omaticayas, peuple aborigène vivant dans une forêt très dense, devaient donc apprendre à se mouvoir dans ce milieu avec les armes usuelles de ce genre de mode de vie. Il organisa un séjour en forêt amazonienne avec une population locale afin de leur apprendre à se mouvoir en forêt avec un arc de grande taille. Mais ce ne fut pas leurs seules expériences. Tirer à l’arc pour les besoins d’un film ne nécessite pas de savoir tirer à la perfection, mais simplement d’apprendre les bonnes postures, les effets spéciaux se charge du reste. Or, la première difficulté est que les Omaticayas ne tirent pas à l’arc comme tout archer, ils ont une technique bien à eux.

James Cameron convia des instructeurs de tir à l’arc et leur expliqua ce qu’il attendait d’eux et comment les acteurs devaient tirer. Tous s’accordèrent sur l’impossibilité de tirer de cette façon. James Cameron s’arma d’un arc et tira comme l’aurait fait un Omaticayas, et chance du débutant ou entrainement intensif, la flèche atteignit la cible avec une précision remarquable.

Il y a quatre petites anecdotes sur le film Avatar et le plus curieux est le fait qu’elle soit attachée au personnage de Sigourney Weaver.
La première anecdote est liée à son nom de rôle. Dans le script initial, le personnage qu’elle devait jouer reprenait le nom d’Elen Riplay. Sigourney, s’y était opposé craignant que les spectateurs fassent un amalgame avec la saga Alien

La seconde est que tous les na'vis et les avatars ont un nez dont la physionomie rappelle celle des félins. Ors sur l’avatar de Sigourney Weaver, le rendu était catastrophique, à la limite du comique. Après plusieurs essais infructueux, la production décida de lui laisser son nez «naturel».
La troisième qui est pour moi la plus cocasse fut le mécontentement des ligues antitabac quand Grâce Augustine réclame et fume sa cigarette à plusieurs reprises. Qui y a-t-il de cocasse dans ceci
? me diriez-vous. Et bien cette fameuse cigarette est totalement virtuelle et a été ajoutée au montage.
Et la dernière, la scène où Jakesully et Neytiri s’enlacent et s’embrassent a été censurée pour la raison que ce film est tout public
(le fameux pg13 aux États-Unis) et que celle-ci pourrait heurter les plus jeunes. Hé oui, étriper vous, éventré vous, massacrez-vous, droguez-vous, mais sans gros mots ni scène subjective évoquant la sexualité...